Les 7 Soleils

"Et puis, pensez donc : Saint-Nazaire, le port, les quais, l’océan, le vent du large, les embruns qui vous fouettent le visage..."
Archibald Haddock - Les 7 Boules de Cristal

Accueil > Actu 7 Soleils > Visite dans le parc du château de Moulinsart

Avec Yves-Marie Allain

Visite dans le parc du château de Moulinsart

Suite de la conférence sur Hergé et le monde végétal

samedi 27 octobre 2018, par Yves Horeau

Présents sous une forme ou sous une autre dans huit albums, le parc et le château de Moulinsart sont le meilleur exemple de la manière dont Hergé traite les végétaux des zones tempérées.

On peut distinguer son côté cour, architecturé, dans l’axe du château, et son côté jardin, un parc dans le style dominant de la seconde moitié du XIXe siècle avec ses boisement d’arbres et sous-bois d’arbrisseaux.

Les plantations suggérées sont à caractère indigène avec quelques exemplaires d’arbres exotiques ou horticoles. Sauf l’exception de l’hiver représenté dans les Picaros, la saison dominante est celle de la fin du printemps (juin) quand tous les végétaux sont en pleine feuillaison.

On peut considérer que la première représentation de l’entrée de Moulinsart avec le château de face dans Trésor 59B doit servir de base pour analyser les autres images de cette perspective. Le château est toujours le même, éloigné, estime-t-on, de cent cinquante mètres du portail qui lui aussi ne change pas avec ses deux boules en haut des pilastres et ses deux chasse-roues.

Variables

En revanche, le dessin et les proportions relatives des allées sont variables tout comme l’emplacement de quelques-uns des arbres que ce soit à proximité du château (parfois derrière, parfois devant) ou de la lisière du boisement latéral. Il est donc impossible de dessiner le plan des abords, allées et pelouses, dont la géométrie n’est pas la même selon les albums.

Au pied du château, la plate-bande est soit en gravillons (Licorne 48C2, Boules 3D1) soit végétalisée en pelouse (Licorne pp52, 53 ; Objectif 1A2 et surtout Boules 52D3 et 53) soit avec des fleurs et une bordure de gazon dans Bijoux 51A, 55 A3, 61B1 ou même tout simplement bêchée (Picaros 1B2).

Tous les arbres représentés sont des végétaux à feuilles caduques mais à proximité du château certains sont, selon les albums, à feuillage vert ou à feuillage pourpre (Trésor 59B, Boules 4D2, Bijoux 9D3). Tous ont moins de soixante-dix ans.

Il est impossible de déterminer leur essence mais la majorité évoque par leur forme l’érable sycomore très présent dans les parcs avec ses diverses variétés dont celle à feuillage pourpre, à moins qu’il ne s’agisse de hêtres pourpres, particulièrement visibles dans Bijoux 30B et C1. Quelques arbres en fuseau peuvent être des peupliers ou chênes pyramidaux.

Erables

Les quelques vues du boisement du parc paysager laisse suggérer, compte tenu des écorces et de quelques feuilles représentées, que nous avons affaire à un boisement à base d’érables, essence d’ailleurs prédominante à l’état spontané dans cette région de Belgique.

Les arbres qui encadrent le portail d’entrée sont également des érables pas toujours de la même variété selon les albums : vert à droite et à gauche en Boules 2A3, Coke 13D2, vert à droite et pourpre à gauche en Objectif 1A1, vert à gauche et pourpre à droite en Affaire 62D3 et Bijoux 9D3,56D2, 61D1, peu compatible avec 57A1,2, où il n’y a que du vert ! Les images d’Affaire 13CD et 14A1 sont impossibles à concilier.

Dans Bijoux on aperçoit en limite du bois des troncs de bouleaux en 47C3 et bien sûr le peuplier de la pie voleuse en 59C,D, de même qu’en 21C on peut identifier un épicéa du Colorado bleu (Picea pungens ‘Koster’).

Capitules

Parmi les autres plantes et arbrisseaux qui peuvent être faciles à déterminer, le lierre qui monte sur la façade arrière du château (Bijoux 16A2), les rhododendrons en fleur des pages 13-21, les rosiers polyantha p. 20, les lilas (grâce aux feuilles, Coke 13D3 et Bijoux 13D2), une plate-bande de géraniums en 20B1 ; sur la plate bande au pied du château en 16A1 on voit des fleurs jaune-orange à gros capitules, probablement des Rudbeckia ou Helianthus ; les autres fleurs en 15D3 et 4 par exemple sont impossibles à identifier, Hergé ne s’est soucié que de leur couleur.
.
En revanche, l’arbuste avec une inflorescence jaune en 13D3 n’est sans doute pas rustique mais exotique, Alephandra ou Pachystachys ? Il en va de même pour les feuillages représentés avec une coccinelle en 21A2.
Réminiscences de végétaux aperçus dans un jardin botanique ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?