Les 7 Soleils

"Et puis, pensez donc : Saint-Nazaire, le port, les quais, l’océan, le vent du large, les embruns qui vous fouettent le visage..."
Archibald Haddock - Les 7 Boules de Cristal

Accueil > Visiter > Un pied dans les imaginaires, un pied dans la réalité

Un pied dans les imaginaires, un pied dans la réalité

Marchez dans les pas de Tintin, du capitaine Haddock et de Milou...

mercredi 4 juin 2008, par Jean-Claude Chemin

- Saint-Nazaire apparaît comme décor dans les aventures de Tintin en 1946, dans les pages d’un tout nouvel hebdomadaire : le journal Tintin.
- Mais le Saint-Nazaire dans lequel Hergé fait alors venir ses personnages n’existe plus. La ville a été détruite par la guerre et le bassin où s’amarrait le paquebot à bord duquel avait embarqué le général Alcazar est désormais recouvert d’une imposante et sinistre masse de béton : la base qui, pendant la guerre, a abrité les sous-marins allemands.
- Ces éléments, et d’autres -comme la superbe Lincoln Zephyr jaune du capitaine à bord de laquelle ils arrivent à Saint-Nazaire- nous amènent à penser que la venue de Tintin et de ses compagnons remonte à la toute fin des années trente.
- La reconstitution du parcours de Tintin et de ses compagnons est une invitation à découvrir la réalité présente de Saint-Nazaire, l’histoire qui l’a forgée et à s’aventurer dans les imaginaires : celui des aventures de Tintin et celui nourri par la grande épopée des paquebots transatlantiques qu’évoque avec attraits le musée Escal’Atlantic et dont le chantier naval est l’héritier.
Bonne promenade !

Étape 1
Entrée de Saint-Nazaire près de la gare SNCF

Saint-Nazaire a été détruite à plus de 85% lors de la dernière guerre mondiale par les bombardements alliés.

Sa reconstruction s’est achevée au début des années soixante, la nouvelle ville étant édifiée autour d’un axe nord-sud : l’avenue de la République qui, à son extrémité nord, se prolonge par le franchissement de la voie ferrée. La gare SNCF a été déplacée à cet endroit lors de la reconstruction.

Signe de la profonde amitié qui le lie au professeur Tournesol, le capitaine Haddock vit prostré dans son château de Moulinsart depuis l’enlèvement du savant. Mais le téléphone a sonné. Le capitaine décroche le combiné, se lève, disparaît, revient revêtu de ses habits de marin et embarque Tintin. Dans la voiture, Tintin connaît enfin leur destination : “A Saint-Nazaire !”.

C’était la police de Saint-Nazaire qui avait appelé le capitaine pour lui indiquer que la voiture des ravisseurs de Tournesol a été vue par un garagiste des environs de Saint-Nazaire.

Étape 2
Quartier de Méan-Penhoët, à l’angle rue des Chantiers et rue de Trignac

C’est par ici que, venant du nord, on entrait à Saint-Nazaire avant la reconstruction de la ville.

La Lincoln Zephyr jaune a emprunté la rue de Trignac. Dans la perspective de la rue dessinée par Hergé se profilent les grues du port et des chantiers, comme dans la réalité.

Tintin et ses compagnons ont donc traversé le quartier de Méan, passant devant quelques belles maisons de navigateurs puis devant les halles du marché de Penhoët, halles de style Baltard, construites pour le marché de Saint-Nazaire puis transplantées ici en 1937.

Le quartier de Penhoët, haut lieu des chantiers de construction navale, est le plus ancien quartier ouvrier de Saint-Nazaire.

On peut découvrir les bassins, les formes de radoub, les chantiers Aker Yards (ex-Chantiers de l’Atlantique).

C’est aussi à Penhoët qu’est installée une des deux usines Airbus de la région nazairienne, l’autre beaucoup plus importante se trouvant sur la commune voisine de Montoir-de-Bretagne. L’aéronautique est née dans les années vingt d’une diversification de la construction navale qui, alors, subissait un manque de commandes.

Étape 3
Entre les deux bassins du port, près du pont du pertuis

La découverte de la voiture des ravisseurs de Tournesol, immergée dans un des bassins du port, n’a pas permis d’en savoir plus sur le sort du professeur Tournesol. “Nous ne sommes guère beaucoup plus avancés” dit le capitaine Haddock.

Cette fresque est installée entre les deux bassins du port : celui de Saint-Nazaire, côté sud, ouvert en 1856, et celui de Penhoët, côté nord, inauguré en 1881.

L’entrée directe dans le bassin de Penhoët est devenue possible avec le creusement de la forme-écluse Joubert réalisée pour permettre aux paquebots construits aux Chantiers et dont la taille ne fait qu’augmenter, d’accéder au bassin pour leur achèvement. La forme Joubert sera inaugurée par le Normandie, lancé en octobre 1932.

Tintin a navigué à bord du Normandie, comme en témoigne Hergé à la fin de la version couleur de Tintin en Amérique. Hergé a également embarqué Jo, Zette et Jocko à bord du prestigieux paquebot, dans l’aventure L’Eruption du Karamako.

En regardant le bassin de Saint-Nazaire, on aperçoit sur la droite l’usine Cargill qui fabrique de l’huile de tournesol et la masse de la base des sous-marins que nous allons découvrir lors des prochaines étapes.

Pour cela, franchir le pont du pertuis puis tourner à gauche au carrefour.

Étapes 4 et 5
Base des sous-marins


Les deux dessins d’Hergé installés à cet endroit évoquent la liaison maritime transatlantique.

Déambulant sur les quais, Tintin, le capitaine Haddock et Milou arrivent à la gare maritime. Tintin se précipite : il a aperçu général Alcazar sur le point d’embarquer à bord d’un paquebot à destination de l’Amérique du sud.

C’est précisément à cet endroit, occupé depuis la dernière guerre par la base des sous-marins allemands, que s’amarraient les paquebots transatlantiques.
Saint-Nazaire a été tête de ligne de la Compagnie Générale Transatlantique pour l’Amérique centrale et l’Amérique du sud.

Inaugurée le 14 avril 1862, la ligne de Saint-Nazaire a été la première ligne postale régulière reliant la France au Nouveau Monde.

On peut voir les vestiges de l’ancienne gare ferroviaire inaugurée le 1er août 1857 et qui, pendant un temps, a fait de Saint-Nazaire le port atlantique le plus proche de la capitale.

La base des sous-marins abrite Escal’Atlantic, le musée organisé autour de l’histoire et de la légende des paquebots.

L’office de tourisme se trouve dans une des alvéoles de la base.

Étape 6
Boulevard René Coty, quai du Commerce

Le capitaine Haddock est enlevé avec le ballot sur lequel il s’est assis.

Cette fresque est installée à proximité du terminal frigorifique. Construit par l’armée américaine en 1917 pour approvisionner ses soldats, le terminal a gardé une partie de son architecture inspirée des “frigos” de Chicago.

Saint-Nazaire a été le principal port de débarquement des troupes et du matériel américain pendant la première guerre mondiale.

Jusqu’à la dernière guerre, la criée se trouvait sur ce quai. Le chalutier qui a heurté l’épave de la voiture des ravisseurs se dirigeait vraisemblablement vers cet endroit pour y débarquer sa pêche. On peut donc penser que la voiture a été précipitée dans le bassin depuis le quai longé par le boulevard René Coty.

Si on suit le boulevard en direction de l’estuaire, on arrive à l’écomusée où est présentée à travers maquettes, objets, documents, films, l’histoire de Saint-Nazaire.

On découvre aussi le vieux môle. Avec cet ouvrage inauguré en 1835, une modeste bourgade du nom de Saint-Nazaire manifestait pour la première fois ses ambitions portuaires...

C’est là qu’a été implantée la table d’orientation Tintin et la mer, inaugurée le 2 juillet 2011. Invitation à prolonger cette promenade nazairienne vers les autres aventures maritimes de Tintin et les autres ports du monde visités par le célèbre reporter...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?