Les 7 Soleils

"Et puis, pensez donc : Saint-Nazaire, le port, les quais, l’océan, le vent du large, les embruns qui vous fouettent le visage..."
Archibald Haddock - Les 7 Boules de Cristal

Accueil > Actu 7 Soleils > Tintin, Hergé et les avions

Conférence-diaporama de Jacques Hiron

Tintin, Hergé et les avions

Vendredi 9 avril à l’aéroport de La Baule

lundi 25 mars 2002, par Piotr Szut

- Dans son œuvre, Hergé a mis en scène pas moins d’une cinquantaine d’avions. L’exigence de réalisme dont le créateur de Tintin fait preuve par ailleurs s’applique-telle aux aéronefs ?
- C’est à cette question que répond Jacques Hiron dans la conférence-diaporama qu’il donnera vendredi 9 avril à l’aéroport de La Baule-Escoublac.

JPEG - 103.4 ko
De Havilland Tiger Moth : l’avion à bord duquel, dans L’Ile Noire (pp. 54-55), les Dupondt font leur numéro involontaire de voltige aérienne.

En identifiant chacun de ces avions, on comprend les raisons, souvent en rapport avec l’actualité de son époque, qui ont conduit Hergé à mettre en scène tel ou tel appareil. Et ces rapprochements sont parfois surprenants...

Qu’il s’agisse d’avions civils ou d’appareils militaires, Hergé les a toujours représentés de façon fidèle, dans la grande tradition de l’école de la « ligne claire » dont il est le maître incontesté.

Variété

La variété des modèles représentés dans ses récits intègre aussi bien des avions de grande série (Douglas DC-3, Spitfire, Beechcraft Bonanza, Boeing 707, ou autres) que des modèles peu connus, produits parfois à quelques exemplaires seulement (hydravion Lioré-Olivier, Heinkel 70, Dewoitine 333, Latécoère 380 ou Wibault 283).

JPEG - 120.8 ko
Wibault 283 T : l’avion du marchand d’armes Basil Bazaroff dans "L’Oreille Cassée" (pp. 34-35), visible aussi dans l’aventure de Jo, Zette et Jocko : "Destination New-York".
JPEG - 212.2 ko
Douglas DC 3 : présent dans "Coke en Stock", dans Tintin au Tibet et dans "Destination New-York".

Il les a par ailleurs choisis dans un espace de temps très large : l’avion le plus ancien qu’il met en scène est un chasseur allemand de la guerre 14-18 et le plus récent est encore en service actuellement puisqu’il s’agit du Boeing 747.

Visionnaire

On peut dire aussi qu’il a été visionnaire en matière aéronautique puisque son célèbre Carreidas 160, un jet commercial d’avant-garde (puisque supersonique), « inventé » de la manière la plus rigoureuse qui soit en 1968 pour l’album Vol 714 pour Sydney, fait aujourd’hui des émules : une firme américaine a programmé un avion de ce type pour 2014.

Scénariste de BD, Jacques Hiron est un tintinophile passionné. Son dernier ouvrage (Carnets de Syldavie, aux éditions Mosquito) est une chronique inédite du Royaume du Pélican Noir, le pays qui sert de décor à trois aventures de Tintin.

Timbres et chromos

Conférence organisée par l’association Les 7 Soleils en partenariat avec l’Aéro-club Côte d’Amour et le Musée aéronautique Presqu’île Côte d’Amour.

Proposée par l’Amicale philatélique Airbus, une exposition mettant en rapport les timbres et les chromos “Tintin et l’aviation” sera présentée à cette occasion.

Accueil à partir de 18 h 30 au musée de l’avion. Conférence à 19 h 30. Entrée libre.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?