Les 7 Soleils

"Et puis, pensez donc : Saint-Nazaire, le port, les quais, l’océan, le vent du large, les embruns qui vous fouettent le visage..."
Archibald Haddock - Les 7 Boules de Cristal

Accueil > Actu 7 Soleils > Plus une question d‘atmosphère que de vraisemblance

Hergé et le monde végétal

Plus une question d‘atmosphère que de vraisemblance

La conférence d’Yves-Marie Allain

samedi 27 octobre 2018, par Yves Horeau

On le connaît soucieux d’exactitude dans la représentation des objets, des animaux ou des costumes. Mais lorsqu’il s’agit de mettre en scène le végétal, Hergé se montre plus intéressé par l’atmosphère rendue que par la vraisemblance. A cet égard il n’est pas éloigné de la façon de voir le végétal à son époque.

C’est ce qui ressort de la conférence donnée, à l’invitation de l’association Les 7 Soleils, à la mi-avril par Yves-Marie Allain, ingénieur horticole et paysagiste et ex-directeur du Jardin des Plantes de Paris et de l’Arboretum national de Chèvreloup.

La botanique n’est pas une préoccupation d’Hergé. À la différence de la représentation des engins mécaniques, des animaux ou des costumes, celle des arbres, arbustes ou fleurs n’est pas spécialement recherchée. Les végétaux sont présents pour donner à rêver plus que pour renvoyer à des connaissances précises.

De plus, Hergé est tributaire des conceptions scientifiques de son époque qui ignorait le concept de diversité biologique, lequel n’apparaît qu’en 1980. Il vit dans un monde dans lequel l’espèce est plus importante que son environnement.

Les grandes serres

Par ailleurs, comme pour beaucoup d’Européens, en ce qui concerne la végétation exotique très présente dans son œuvre, la référence est la représentation qu’en donnent, jusqu’à la fin du XXe siècle, les grandes serres des capitales. Les plantes d’Amérique du Sud étaient alors associées à celles de l’Asie du Sud-est et côtoyaient celles de l’Afrique équatoriale.

Tout cela importait peu, seule comptait l’impression d’enfer vert, avec son atmosphère moite ou celle de la sécheresse des déserts avec leurs plantes grasses. C’est dans ce contexte qu’écrit Hergé et c’est pourquoi, pour toutes ces raisons, aller chercher à tout prix le nom des plantes est illusoire et même à la limite sans grand intérêt.

Dans son propos Yves-Marie Allain a fait le tour des flores et des paysages représentés dans les différentes aventures de Tintin avant de promener son regard averti dans le parc du chateau de Moulinsart.

Lire les articles Flores et paysages dans les aventures de Tintin
et Visite dans le parc du château de Moulinsart.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?